Qu’est ce que le vin nature ?

En effet, la fermentation naturelle des raisins produit toujours des sulfites, mais à un taux extrêmement faible : en général moins de 10mg/litre de soufre total, bien en-dessous du seuil de sensibilité humain. En effet, la fermentation naturelle des raisins produit toujours des sulfites, mais à un taux extrêmement faible : en général moins de 10mg/litre de soufre total, bien en-dessous du seuil de sensibilité humain.

Le problème se situe au niveau de la législation: depuis 2005, une directive européenne impose l’annotation « contient des sulfites » pour tous les vins dont les teneurs en soufre sont supérieures à 10 mg/l ( Aux Etats Unis, à partir de 1mg/l). Ainsi, cette annotation apparaîtra aussi bien sur une bouteille de vin conventionnel contenant 150 mg/l de soufre que pour un vin naturel n’en contenant que 15mg/l . Comment s’y retrouver… Découvrez le rôle du soufre dans le vin en lissante très complet article du site Vinibee.com

Sans label ni certification, sans dénomination formelle, sans forme complètement stable, même, à l’image d’un produit artisanal, le vin nature reste pour le moment une affaire de curieux, de rebelles ou de consommateurs soucieux de leur santé et de l’environnement.

Les vins naturels, vins nature ou vins vivant ont en commun le souhait 
de conserver le caractère vivant du vin, de se soucier de la santé des amateurs de vins en évitant toute intervention chimique dans le vignoble et dans la cave à l’exception, si besoin, de sulfites en très faible quantité.

. Le vin nature, c’est « le Graal du viticulteur bio », souligne Olivier Le Naire dans son ouvrage Découvrir les vins bio et nature paru aux éditions Actes Sud/Kaizen dans la collection “Je passe à l’acte”.

Réduire l’apport de Sulfite ( dioxyde de soufre- SO2) , puissant antimicrobien et antioxydant, dans le process de vinification est la préoccupation principale d’un producteur de vin nature.  Le sulfite est un additif alimentaire à caractère allergène qui, du fait de ses propriétés, est largement utilisé en œnologie tout comme dans l’industrie agroalimentaire en général (fruits secs, charcuteries, moutarde, préparations culinaires pré-emballées, crustacés, céréales) ou dans l’industrie chimique. 

Pendant longtemps , le vin nature  fut considéré comme un vin ‘’instable’’. En effet, si l’on n’ajoute rien au vin et qu’on laisse faire la nature, on perd alors la maîtrise sur la qualité et on risque d’obtenir un vin  déviant (vin oxydé, vin-vinaigre, vin éventé). Aujourd’hui, la maîtrise de l’élaboration des vins nature a énormément progressé. 
Pour Isabelle Legeron (  la seule femme française à avoir réussi à obtenir le fameux Master of Wine)  : « Le vin n’a pas besoin de conservateur pour être stable. Les vins nature sont beaucoup plus solides qu’on ne le pense »

Cependant, pour que le résultat soit au rendez-vous, les vins nature requièrent une extrême rigueur, du vignoble à la mise sur le marché. Les raisins doivent être sains, les vendanges faites à juste maturité et l’hygiène doit être impeccable dans les cuves de la cave.

Dans le film Wine calling : le vin se lève ! de Bruno Sauvard, les
vignerons occitans disent inventer le vin qu’ils aiment : un vin d’émotion, sincère et sans artifice. On les voit travailler la vigne à la main accompagnés d’un cheval de trait, presser le vin avec les pieds et faire du rock n’roll… Car faire du vin nature, c’est aussi, finalement, décider d’être libre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *